OK

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus

Printemps-été 2017

U.N.X Saison 2

Peut-on croiser le powerdressing et le sportswear ? Combiner le style et l'accessible ? Le confort et le tailoring ? S'affranchissant des codes historiques du prêt-à-porter, cette deuxième saison du label parisien sous la direction artistique de Hedi El Chikh, parle à la rue, vivante, singulière, nourrie de créativité et de sportswear.

Un télescopage d'images, d'influences, de couleurs vibrantes, de matières techniques et de détails sophistiqués infuse ce vestiaire confrontant les petits blousons presque workwear aux empiècements surpiqués et les robes scuba à manches américaines en résille japonaise.

Les parkas empruntent ses découpes au kimono, vêtement archétypal de la marque ; les pantalons près du corps rythmés de cordons lacé sur les côtés se frottent aux vestes tailleurs en jersey épais révélant dans le dos une construction fifties dans les pinces et les découpes ; les sweats en molleton à manches tailleur travaillées dans un atelier parisien donnent la réplique aux petits pulls en maille vieux rose à bords côtes.

Et ces smocks couture rappelant l'élastique des shorts de sport qui courent sur la jambe des pantalons et les manches des t-shirts. L'imprimé de la saison s'inspire, lui, d'une gravure chinoise du XIXe siècle représentant les dieux des portes, ces guerriers impériaux qui protégeaient l'entrée des temples et des palais. Une iconographie passée au filtre de la culture pop et mixée au logo U.N.X déstructuré, injectant son énergie à une blouse froncée ou une jupe drapée.

La palette de nuances précieuses, améthyste, tourmaline, saphir, émeraude, se déploie sur les cotons des trench-coats et les tissus « papier métallisé » d'un jupe courte qui coulisse à l'ourlet. Une saison de contrastes faite pour l'asphalte.